Mangez vert, achetez vert, conduisez vert, respirez vvvvert-vert-vert-vert ! Ca y’est c’est partie. La « révolution verte ». D’un côté on se fait dire que la planète est malade, que les changements climatiques, qui on passé le seuil de non retour,  sont responsable des états d’âme extrême de mère nature. Innondation, sécheresse, feu de forêt, tremblement de terre, érruption volcanique et j’en passe. Et puis il y a l’eau potable qu’on pompe du sol à une vitesse phénoménal pour satisfaire notre soif de croissance exponentiel, sans parler de nos déchets toxiques qu’on déverse dans nos rivières, qui font que non seulement nos ressources sont entrain de disparaitre, mais en plus nous altérons les écosystèmes à un tel point ou il sera difficile voir impossible de revenir en arrière. Mais inquiétez vous pas trop les ami(e)s puisque de l’autre oreil on entend bien la solution ! Il nous suffit d’acheter la toute dernière voiture électrique, d’acheter de l’eau en bouteille non contaminé, de consommer que des aliments biologiques et d’utiliser des sacs écologiques pour porter notre épicerie…

J’ai l’intention de voyager avec vous au coeur de nos sociétés pour comprendre ce qui se cache derrière la mondialisation, l’industrialisation, la consommation. Comment et pourquoi le monde que nous connaissons change et qu’elle est le rôle que chacun d’entre nous devons y jouer.