You are currently browsing the category archive for the ‘économie’ category.

Si « L’avenir du Québec passe par l’indépendance énergétique », alors celle-ci devra vraisemblablement passer par une profonde prise de conscience et d’un accord collectif afin de faire avancer les choses.

Dans son deuxième livre portant sur l’énergie, Normand Mousseau, nous ouvre grand les yeux sur le potentiel énergitique Québécois tout en nous mettant en garde. Il nous présente sous un angle objectif la crise énergitique qui se déroule présentement à la grandeur de la planète tout en définissant la position du Québec. En nous présentant les possibilitées qui se dresse à nous afin de parvenir à l’indépendance énergitique, il prend bien soin de nous ramener sur terre: la technologie n’est pas une panacée. Il n’y aura pas de solution miracle, un effort social et politique est inéluctable si l’on veut mettre de l’avant ce projet de société qu’est l’indépendance énergitique.

Catégorie : Environnement

Collection :

Série :
Parution : 2009-04-15
Format : 15.0 cm X 23.0 cm
Pages : 188
Reliure : souple
ISBN : 978-2-89544-149-6

Le « système » international est rendu à ce point complexe que peu d’entre nous en perçoivent ses ambitions réelles. On est bombardé d’images d’un tiers monde malade incapable de se suffire à lui même. On nous louange l’initiative des pays riches, des milliards de dollars envoyé chaque année afin d’aider ce tiers monde asphyxié d’une pauvreté qu’on est incapable de concevoir au quotidient. « Le tournant de Bretton Woods », « Le Fonds monétaire international », « La Banque mondiale », « Le GATT », « L’ajustement structurel »… La pauvreté est trop souvent qu’une statistique de plus, une valeur numérique que l’on peut se représenter facilement et ainsi se plaire et s’apaiser à croire qu’on comprend la gravité de la situation. Il est essentiel de se demander comment est-ce que certain des peuples les plus vieux de notre planète, le berceau de l’humanité, en est venu à devenir le « tiers monde », et comment est-ce possible que la terre sur laquel ils vivent depuis des milliers d’année en est venu à ne plus être capable de les suffires au point ou ils on besoin d’importer au lieu d’avoir recours à leur propre agriculture vivrière.

Pour faire le point, Jacques B. Gélinas, nous offre son livre intitulé « Et si le Tiers Monde s’autofinançait ». Remplis de positivisme, Jacques B Gélinas nous dresse le portrait et nous décortique les rouages d’un système mondial qu’est celui qui entoure le concepte du « tiers monde ».

Et si le Tiers-Monde
s’autofinançait

De l’endettement à l’épargne

Jacques B. Gélinas

ISBN 2-921561-16-6
240 pages

http://www.ecosociete.org/t015.php

Adam Smith, le père de la pensée économique moderne, partait plutôt de la conviction que le désir d’épargne est vrillé au coeur de tout individu, dès sa naissance, comme une sorte d’instinct. Si ce désir est profondément humain, pourquoi ne serait-il pas uniformément répandu sur tout la planète, y compris dans le Tiers Monde ?

<< Les nations ne s’appauvrissent jamais par la prodigalité et la mauvaise conduite des particuliers, mais bien par celles de leur gouvernement >> -Adam Smith

— Jacques B. Gélinas dans son oeuvre: Et si le Tiers Monde s’autofinançait